rugby club bédarrides
contactez AS Bédarridessuivre ASB sur twitterforum as bédarrides

Résultats des jeunes

par asbWeb à propos de Sun, Nov 26 2017 05:04:00
  • MINIMES : vaiqueurs du tournoi à Valréas
  • CADETS : ASBC 14 - USAP84 12
  • JUNIORS : ASBC 56 - USAP84 0

Photo https://flic.kr/p/GWCtVx

IL EST INCONTOURNABLE DANS LE PACK DE BÉDARRIDES-CHÂTEAUNEUF

par asbWeb à propos de Thu, Nov 23 2017 03:11:00

Depuis le début de la saison, lorsque l'on parle de l'AS Bédarrides-Châteauneuf, il n'est question que de son recrutement haut de gamme. On vante les qualités d'un tel qui arrive d'un grand club ou d'un autre qui a joué à très haut niveau/

Mais l'ASBC, ce n'est pas seulement ça. On aurait tendance à oublier un peu vite qu'à côté de ces joueurs de renom évoluent des garçons qui sont issus du terroir vauclusien et qui ne sont jamais allés ailleurs voir si l'herbe y était plus verte.

Martin Vergnes en est le plus bel exemple. Sans faire de bruit, avec la discrétion qui le caractérise tant sur le terrain qu'en dehors de l'aire de jeu, le pilier s'est fait une place au soleil dans ce club huppé pour devenir un des rouages essentiels du pack "Vert et Noir", à tel point qu'il enchaîne les titularisations. Et dire que ce n'est qu'à 18 ans, l'âge où de nombreux jeunes tournent le dos à leur sport de prédilection, que Martin Vergnes a chaussé ses premiers crampons et revêtu son premier maillot de rugby, celui du CORC (Châteauneuf-Orange Rugby Club). Club qu'il va suivre dans ce long périple qui l'a conduit jusqu'à Bédarrides via Sorgues.

Car avant de poser son sac sur les bords de l'Ouvèze, son voyage fut tout sauf un long fleuve tranquille. Lorsque le RC Châteauneuf et le RC Sorgues décident de ne faire qu'un, Martin Vergnes ne descend pas du car pour autant. Il y restera assis le temps de la courte romance qui unira les deux clubs voisins. Bien installé à côté du chauffeur, Martin Vergnes débarque sans aucune prétention et le plus naturellement du monde à l'ASBC. Et ce n'est pas Philippe Daminiani, le président, qui s'en plaindra : "Martin (Vergnes) m'a bluffé. Je ne m'attendais pas à un joueur de ce niveau. Pour une bonne surprise, ce fut une bonne surprise."

Quant à l'intéressé, il savoure comme il se doit son plaisir : "Cette année, je découvre ce qu'est le rugby de haut niveau. Je me régale, et ce, d'autant plus que malgré les grands noms qui composent le groupe, c'est l'amitié qui prédomine et qu'à leurs côtés, je progresse ."

Comment, dès lors, ne pas évoquer le déplacement à Nice, dimanche ? "Je ne suis pas inquiet du tout. Un match de rugby reste un match de rugby qu'elle que soit la réputation de l'adversaire. Je ne me mets pas de pression plus qu'il ne faut. Si nous gagnons, c'est top. Dans le cas contraire, il ne faut pas en faire une maladie, ça fait partie du jeu, relève le première ligne. L'arrivée de Jharray (Russel, l'entraîneur des avants) est un plus. C'est un très grand technicien, d'une remarquable humanité qui est le parfait complément de Mickaël (Mabilon). Tous les deux s'entendent comme deux larrons en foire, ce qui se ressent sur la préparation et cela nous permet à tout un chacun de progresser. De plus, si les entraînements sont très techniques, ils diffèrent de séance en séance. Jouer dans ce club, ce n'est que du plaisir !". Et le plaisir sera d'autant plus grand si le retour du voyage sur la promenade des Anglais est positif, dimanche.

La Provence Presse

Face à un concurrent à la qualification, Bédarrides/Châteauneuf a eu la main lourde

par asbWeb à propos de Mon, Nov 20 2017 04:44:00

Tout comme les autres visiteurs, Saint-Jean-en-Royans est reparti du Vaucluse avec une note salée et un caddy plein de points. En fait, 7 essais et plus de 40 points semblent être la donne, cette saison, sur les bords de l'Ouvèze.

Excepté les dix minutes où Bédarrides-Châteauneuf a évolué à 14 à la suite d'un carton blanc de Carbonnel, temps durant lequel Allègre a marqué un essai au pied des poteaux au sortir d'une mêlée, Saint-Jean-en-Royans en fut réduit 70 minutes durant au rôle de faire valoir.

On jouait depuis seulement deux minutes et Rezgui trouvait déjà la faille en conclusion d'un mouvement né d'un ballon de récupération fructifié par Lombarteix et Labbi. Un quart d'heure plus tard, c'est au tour de Brana de faire fructifier plusieurs temps de jeu où avants et trois-quarts ont mis la main à la pâte. Sur une touche rapidement jouée par Lombarteix, Labbi perce le premier rideau et sert à hauteur Marc Mortelette qui offre sur un plateau le troisième essai du jour à Rezgui.

Malgré les deux pénalités (9,18) de Bourron, le score va enfler à la demi-heure de jeu. Brana, en inscrivant son second essai, portait à quatre celui de l'ASBC, synonyme de bonus offensif, alors que la rencontre n'avait débuté que depuis 30 minutes.

Si à la reprise, les Castel-Bédarridais mirent quelques minutes pour retrouver leur marque, Boghossian va inscrire un essai d'école comme on n'en voit plus beaucoup, en concluant une attaque en première main au sortir d'une mêlée au centre des 22 des Drômois. Abattus, ces derniers vont boire le calice jusqu'à la lie et encaisser deux nouveaux essais de Chouchane et encore de Boghossian.

À une semaine de se déplacer à Nice, Bédarrides-Châteauneuf ne pouvait pas mieux se préparer.

La Provence Presse
Photo C.R https://flic.kr/p/ZBZZXs

Bédarrides-Châteauneuf est face à un vrai rival

par asbWeb à propos de Sun, Nov 19 2017 04:11:00

Fort de ses six victoires (dont quatre acquises avec le bonus offensif et trois à l'extérieur) Bédarrides-Châteauneuf colle aux basques de l'ogre niçois, qui lui aussi compte six succès en autant de rencontres, mais tous remportés avec le bonus offensif (soit deux points de plus au classement général).

Alors que Nice se rend à La Valette (9e avec 9 points soit 21 de moins que le leader !) et devrait, sauf tremblement de terre, s'en retourner sur la promenade des Anglais avec un nouveau bonus offensif, Bédarrides-Châteauneuf reçoit Saint-Jean-en-Royans, autre prétendant à la qualification.

Autant dire l'intérêt de la rencontre du jour. À une semaine du déplacement sur la Côte-d'Azur, ce match revêt encore plus d'importance pour l'ASBC, qui se doit de s'imposer et si possible avec le bonus offensif.

Plus facile à dire qu'à faire, quand bien même, sur le papier, les statistiques sont en faveur des Castel-Bédarridais. Avec un match de plus joué (la poule ne compte que 11 clubs, NDLR) et à son actif quatre victoires, un nul et deux défaites, Saint-Jean-en-Royans concède déjà huit points de retard sur son hôte du jour.

Mais ce n'est pas pour autant que les Vauclusiens ne prennent pas au sérieux cette formation réputée pour la solidité de ses avants et son jeu rigoureux. Il y aura du sport dans l'antre du rugby vauclusien, l'imprenable stade des Verdeaux.

"Gardons en mémoire que la saison dernière, nous n'avions concédés qu'une seule défaite durant la phase aller et qu'au final de la poule de brassage nous avions terminés quatrièmes", tempère Mickaël Mabillon. Le technicien sait, par expérience, qu'aucun match n'est facile et encore moins gagné d'avance.

Il en va de même pour Jharay Russel, l'entraîneur Anglais en charge des avants qui a succédé à Chris Wyatt, le Galois. "Il faut prendre avec sérieux cette équipe réputée pour sa solidité, qui va venir sans complexe, avec l'intention de nous perturber. De toute façon, poursuit-il, attendons-nous à être l'équipe à battre. Nous allons devoir faire preuve de maîtrise, de rigueur et d'application et nous appuyer sur une bonne conquête pour pouvoir mettre notre jeu en place."

Quelques changements ont été apportés au 15 de départ. Didier débute en pilier droit, Lombarteix à la mêlée et Franquine à l'arrière. Martin et Fantozzi, malade, sont absent.

La Provence Presse
Photo : J-C.T (https://flic.kr/p/GJGKPk)

FÉD. 2 RENCONTRE AVEC LE COACH DE BÉDARRIDES-CHÂTEAUNEUF

par asbWeb à propos de Thu, Nov 16 2017 16:09:00

Quand Philippe Daminiani est venu taper à sa porte pour lui confier les rênes de l'AS Bédarrides/Châteauneuf, Mickaël Mabilon n'a pas réfléchi longtemps avant de s'engager avec les Vert et Noirs. "En plus de connaître quelques joueurs pour les avoir entraînés auparavant, je savais que Bédarrides était une entité du rugby régional et que le club avait un gros potentiel aussi bien sportif qu'administratif. Après les avoir vu jouer, je pensais que l'on pouvait faire encore mieux", relève Mabilon.

Il n'en fallait pas plus pour qu'il accepte de prendre en charge le secteur sportif. Une première saison concrétisée par une qualification et surtout une osmose avec les joueurs sont les facteurs qui ont conduit la présidence à lui renouveler son contrat. "En plus d'être un club familial avec des dirigeants très présents et surtout droit dans leurs bottes, l'ASBC a un fort potentiel pour évoluer avec des joueurs à l'écoute et sérieux. Certes, côté structures, je pense qu'on peut encore s'améliorer, mais chaque chose en son temps", indique-t-il. Et le temps présent, c'est une saison entamée pied au plancher avec pas moins de six victoires, dont trois à l'extérieur et quatre bonus offensifs. D'où de logiques prétentions quand bien même Mabilon préfère tempérer les ardeurs et se concentrer tout d'abord sur son projet de jeu.

"Pour tout le monde, Bédarrides c'était tout devant avec une prédilection pour les ballons portés. Issu du 7, j'avais envie de proposer autre chose, à savoir mettre de la vitesse dans notre jeu et jouer sur les largeurs. Ce qui ne veut pas dire pour autant que nous allons sacrifier les avants. Je pense que dans le rugby moderne, le danger doit venir autant des avants que des arrières. Il importe de multiplier les temps de jeu pour se créer des espaces", souligne-t-il.

Mais pour se faire, encore faut-il avoir du "matériel". Et cette saison, Bédarrides-Châteauneuf n'en manque pas. "Même si des garçons de la trempe de Martin, de Labbi, Rezgui, Fantozzi ou bien encore Brana nous apportent une plus-value dans le déplacement et dans la compréhension du jeu, le travail que nous avions commencé la saison dernière porte ses fruits. Le groupe dans son ensemble a beaucoup évolué et monte en puissance", précise le coach.

Quant à supputer sur la montée en Fédérale 1, Mickaël Mabillon coupe court : "Je ne parle pas d'objectif final. Je dis toujours à mes joueurs, le match le plus important c'est le prochain. Il faut voir ça à long terme et garder à l'esprit qu'une montée se joue sur une rencontre aller-retour. Pensons d'abord à nous qualifier. À ce jour, les joueurs prennent du plaisir ; il en est de même pour nous, entraîneurs. On fera le point au printemps ; chaque chose en son temps."

La Provence Presse

L'ASBC surclasse les Maraîchers

par asbWeb à propos de Mon, Oct 02 2017 09:17:00
5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13