rugby club bédarrides
contactez AS Bédarridessuivre ASB sur twitterforum as bédarrides

L’ASBC a validé son billet pour le match de la montée

par asbWeb à propos de Tue, May 15 2018 10:11:00

Pour Bédarrides-Châteauneuf : 2 essais Barneron (8), Vaitkevicius (28), 2 transformations Riche, 1 drop (66) Franquine.
Pour Voiron : 1 essai Laignon (2), 1 drop Colliat (15)
Cartons jaunes : Bédarrides-Châteauneuf : Agro (53) ; Voiron :Noroilolavatu (58)
Carton blanc : Bédarrides-Châteauneuf : Agro (78)

Bédarrides : Marquis-Agro-Langlade; Carrier (cap) - Vaitkevicius ; B.Mortelette-Carbonnel-Barneron ; Lombarteix  (m)-Roche (o) ; Brana-Labbi-Boghossian-Chouchane; Franquine. Entrés en cours de match : Vergnes, Didier, Bertran, Havelu, Daminiani, M.Mortellette. Fantozzi
Entraîneurs : M.Mabillon, J.Russel
Voiron : Rebesco (cap)-Demirel-Nlanou ; Bourachot- Noroilolavatu ; Hervet-Faure-Benisfiall ; Mercadal(m)-Colliat(o) ; Lavorel-Laignon-Galland-Pereira ; Mouraud. Entrés en cours de match : Thiriet, Dumitru, Robakakadavu, Marcet, Pichon, Bonnet, Chabert.

Joué dans des conditions climatiques plus appropriées à une Province Irlandaise qu’à un département de la Région PACA  cette rencontre ne fut pas déplaisante du tout.

Certes les fautes de mains ont été un peu plus nombreuses que sur terrain sec et les belles envolées de trois-quarts plutôt rares. Si au final c’est l’équipe qui a le plus dominé qui l’a logiquement emportée, les supporters « Vert et noir » ont tout de même tremblé jusqu’à la 66ème avant que Franquine par son drop de l’impossible repousse Voiron à 9 points, c’est-à-dire dans l’obligation de marquer deux fois. Pourtant la rencontre ne pouvait pas plus mal commencer pour les locaux.

Dès le coup d’envoi sur une chandelle mal réceptionnée par la défense Castel-Bédarridaise permet à Laignon (2) de débloquer le compteur. Sans s’affoler les « Vert et noir » vont passer devant au tableau d’affichage 6 minutes plus tard. Touche de pénalité, ballon porté, mêlée face aux poteaux et Barberon remet les pendules à l’heure (7-5 avec la transformation de Roche). Il va s’en suivre une longue période de domination avant que Vaitkevicius (28) ne concrétise ses temps forts. Il faut dire que jusqu’alors Voiron a joué à la perfection. Pas de risque, ballon porté, pic and go et de hautes et longues chandelles qui mettent la pression sur une défense parfois fébrile sur les ballons aériens.

Dès la reprise comme dans certaines séries télévisées ont reprend le même scénario d’un côté comme de l’autre, hormis le fait que le patron c’est encore, et plus que jamais, l’ASBC.  Une première fois c’est Brana qui est stoppé dans son élan par le ballon qui lui fuse des pieds alors qu’un boulevard s’ouvrait à lui (48), puis c’est Marc Mortellette qui mange la feuille de match en vendangeant un 2 contre 1 en oubliant Fantozzi à sa droite (60) et enfin Vergnes qui se voit refuser un essai au pied des poteaux sur ballon porté. Et puis  « Zorro » est arrivé avec ce drop libérateur tenté dans des conditions pour le moins compliquées. « On est qualifié même si c’est au terme d’un match moyen. En fait ce temps hivernal, relève Mickaël Mabillon, a nivelé les valeurs. Il n’y a pas eu beaucoup de jeu mais je retiens que nous avons bien réagi après cet essai sur le coup d’envoi et qu’ensuite en seconde période nous avons su bien gérer. Place maintenant au matche de la montée ».

Et pour se faire l’ASBC se déplacera dimanche prochain à Saint-Jean en Royan qui s’est qualifié au dépend de Rumilly.

Jean-Claude Thévot

Photo JCT : https://flic.kr/p/K3u5ps

Après le nul à Voiron l’ASBC a toutes les cartes en main pour passer ce tour

par asbWeb à propos de Sun, May 13 2018 00:00:00

Bédarrides : Marquis-Agro-Langlade; Carrier (cap) - Vaitkevicius ; B.Mortelette-Carbonnel-Barneron ; Lombarteix  (m)-Roche (o) ; Brana-Labbi-Boghossian-Chouchane; Franquine. Remplaçants: Vergnes, Didier, Bertran, Havelu, Daminiani, M.Mortellette. Fantozzi
Entraîneurs : M.Mabillon, J.Russel

Si sur le plan comptable le match nul (30-30) est une bonne affaire avec les compteurs remis à zéro pour ce match retour à domicile, sur le fond il laisse un goût d’inachevé auprès des entraîneurs et des joueurs cadres. Mais pas auprès de Philippe Daminiani, le président, qui nous fait part de sa satisfaction et des supporters dont la majorité aurait signé pour un final de cet ordre. Par contre, tout comme Guillaume Marquis qui concédait que c’est Bédarrides-Châteauneuf qui a remis Voiron dans le match (voir notre édition d’hier), Mickaël Mabillon regrette que « au vue du scénario du match où nous dominons de la tête et des épaules et ou nous menons rapidement 13-0 il y a un petit goût d’inachevé. Nous nous relâchons ce qui permet à Voiron de nous mettre en difficulté et surtout de revenir au score. Certes les compteurs sont remis à zéro, poursuit l’entraîneur des avants, et nous avons l’avantage de recevoir et nous allons enregistrer des rentré,  mais nous aurions pu faire mieux. Nous avons pointés du doigt ce qu’il nous a manqués. De toute façon nous n’avons pas le choix, il faut faire le job à la maison ».

Quoiqu’il en soit même si Voiron a fait une bonne impression, l’ASBC a les cartes en main pour faire le job. Il vaut mieux débuter la rencontre avec une ardoise vierge qu’un passif, quel qu’il soit qui peut compliquer les choses. Hormis Nice aucune équipe de la poule ne s’est imposé sur les prés des Castel-Bédarridais, ce serait le comble que cela arrive justement sur un match couperet. Côté effectif par rapport à la semaine dernière on note la titularisation de Carbonnel, laissé au repos la semaine dernière suite à son KO contre Annonay, en 3ème ligne et celle de Boghossian, qui au centre avec Labbi va former un duo de déménageur et sur le banc le retour d’Havelu.

Jean-Claude Thévot

Photo J-C.T( https://flic.kr/p/23orV1s )Les avants de l’ASBC maîtrise à la perfection les ballons portés. Et si la clef du problème était là ?

Guillaume Marquis le retour du guerrier

par asbWeb à propos de Fri, May 11 2018 16:40:00

Décembre 2016 le ciel tombait sur la tête du staff technique et du comité directeur de Bédarrides-Châteauneuf : Guillaume Marquis pendait ses crampons.

Souffrant d’hernies cervicales, après consultation d’un spécialiste, le verdict est tombé, plus question de reprendre le jeu après la trêve. Face à l’abattement de leur capitaine, et surtout leader du pack d’avant, Philippe Daminiani l’intègre dans le staff technique pour suppléer Chris Wayt, l’entraîneur des avants de la saison 2106-2107, de plus en plus pris par des obligations personnelles. Si ces mois passés sur le banc ont permis à Guillaume Marquis de rester en contact avec le rugby et le groupe et de partager avec lui les odeurs et l’ambiance des vestiaires, il était évident que le pré lui manquait. A tel point que faisant fi des premières consultations Guillaume Marquis s’en est allé voir d’autres spécialistes pour des examens approfondis. C’est avec un soulagement que l’on ose imaginer que la faculté lui a délivré, après toute une série de soins, un certificat lui autorisant à reprendre le jeu. « Ce fut une délivrance que m’ont accordé les médecins, rejouer est un très grand plaisir et j’en profite d’autant plus que nous sommes en passe de réaliser une très belle saison, je pense que nous avons même les moyens pour aller loin. Honnêtement je m’éclate ! » avoue Guillaume Marquis. « Avec une ossature de joueurs qui se connaissent depuis de longues années et qui ont l’habitude de jouer ensemble et les recrues de qualité qui sont arrivées cette saison, même si le fond de jeu est resté le même, nous proposons quelque chose de différent, de plus posé, de plus maîtrisé qui se répercute sur les résultats ».

Titulaire la semaine dernière face à Voiron, après une longue période de suspension suite à son carton rouge reçu lors du match contre Montélimar, Guillaume Marquis est assez confiant pour le match retour aux Verdeaux. « Je ne voudrai pas porter la poisse mais au vu de ce que nous avons produit à Voiron je suis assez confiant. Dimanche dernier, poursuit Guillaume Marquis, Voiron reste dans le match suite à nos erreurs, c’est nous qui les maintenons à flot. Toutefois gardons à l’esprit que c’est un match de rugby où rien n’est écrit d’avance. Voiron est une équipe jeune qui n’aura rien à perdre et qui est capable de mettre le feu aux quatre coins du terrain. Restons serein, ne prenons pas cette rencontre à la légère, jouons comme nous savons le faire sans nous griser sinon ça peut vite tourner à la catastrophe » conclut-il.

Jean-Claude Thévot

Photo JCT : https://flic.kr/p/273ZcsH

La fièvre du dimanche après-midi…

par asbWeb à propos de Mon, May 07 2018 08:23:00

C’était chaud ! Chaud dans les tribunes, sur le terrain, au thermomètre. Hier après-midi, au stade Géo-Martin, le Stade olympique voironnais (Sov) recevait Bédarrides, pour le match aller des 16es de finale (Fédérale 2). Le public voironnais était nombreux, les tribunes étaient bien remplies, même si on aurait pu espérer un peu mieux… Sous le soleil, les spectateurs avaient sorti casquettes (à l’endroit ou à l’envers), chapeaux de paille, lunettes de soleil et tongs. Ils avaient aussi prévu leurs accessoires rouges et blancs, évidemment. Et même la grosse caisse.

Ambiance suffocante

Bédarrides prenait l’avantage au début de la première mi-temps. Comme d’habitude, il n’y avait pas un seul coach au bord du terrain, mais 257 au moins, et autant d’arbitres : « Reculez ! », « Il est tout seul, arrêtez-le ! », « Il y a faute, c’est sûr ! » Debout, derrières la barrière, deux inconditionnels supporters se tâtaient : « Il y avait hors-jeu ou pas ? »

La pause était sifflée sur le score de 17 à 20. Certains en profitaient pour prendre des nouvelles, sur leurs smartphones, du match Grenoble/Perpignan, en finale de Pro D2. D’autres reprenaient des forces à la buvette. Et il en fallait… La deuxième mi-temps allait être haletante ! Les essais, les pénalités s’enchaînaient. Pour le Sov, pour Bédarrides. Dans la tribune, l’ambiance était électrique. Les joueurs ne lâchaient rien. Les supporters non plus. On a entendu environ 143 fois “Allez Voiron” ! À la 51e minute, Voiron prenait enfin le dessus. Avant d’être rattrapé. La fin de match était suffocante. Tous les membres du staff soviste étaient debout, la main en visière. Finalement, la rencontre se soldait par un nul, 30-30.

Martin Cargnino, l’infatigable speaker, soulignait : « Il y a eu du cadre, de l’ordre, du respect… C’est ça le rugby ! » Il avait raison. Mais le tout avec une victoire, aurait été pas mal aussi. Rendez-vous dimanche prochain à Bédarrides.

Photo DL/Sports (https://flic.kr/p/26QHxbA)

En prévision du match retour l’ASBC doit se mettre à l’abri

par asbWeb à propos de Sat, May 05 2018 19:18:00

Bédarrides : Marquis-Agro-Langlade; Carrier (cap) - Vaitkevicius ; Bertrand-B.Mortelette-Barneron ; Lombarteix  (m)-Roche (o) ; Brana-Labbi-Fantozzi-Chouchane; Franquine. Remplaçants: Vergnes, Barbe, Fournier, Daminiani, Rezgy, Perret, M.Mortellette.
Entraîneurs : M.Mabillon, J.Russel

Dès le 17 septembre, première journée de championnat, la plupart des clubs de Fédérale 2 n’ont qu’un objectif en tête, la qualification. Si pour certains ce précieux sésame suffit amplement à leur bonheur, pour d’autres il s’agit d’une seconde étape vers un but avoué, monter à Fédérale 1. Bédarrides-Châteauneuf en fait partie.

Depuis le début de saison Philippe Daminiani, le président, a annoncé la couleur, la saison 2017-2018 ne sera pleinement réussie que si son club accède à Fédérale 1 qui devient l’élite  amateur puisque la saison prochaine la Fédérale 1 Elite, une sorte de ProD.3 déguisée, n’est pas reconduite. Mais pour se faire il faut passer 2 tours et pour l’ASBC le premier tour de piste passe par Voiron, club classé 3ème de la poule 3.

Les Isérois, qui comptent dans leur rang des joueurs de qualité qui sont passés par la section professionnelle de Grenoble ont bouclé la phase de brassage avec 59 points, 15 victoires, 1 nul et 6 défaites. Ils comptabilisent 2 bonus offensifs et 5 bonus défensifs et 581 points marqués pour 456 points encaissés. En fait Voiron aurait dû terminer 1er de la poule mais le club a été rétrogradé suite à un retrait de 10 points pour un compte de résultat (le déficit annoncé est de l’ordre de 50 000 €)  non conforme pour le gendarme financier et vu signifier également une interdiction, quelque soit le résultat sportif, d’accession à la Fédérale 1.  Autant dire que Voiron n’est pas le premier venu. « Toute l’année nous avons travaillé pour ces matches là, maintenant nous y sommes. Il ne fait aucun doute que lorsque nous mettons notre jeu en place, lorsque nous nous déplaçons et que nous sommes à même de garder les ballons, nous sommes dangereux » constate Mickaël Mabillon. « Depuis 6 mois nous attendons ces matches, il importe donc de bien gérer la première rencontre à l’extérieur pour se mettre à l’abri pour le match retour car Voiron c’est du sérieux. Les vidéos que nous avons supervisé, poursuit l’entraîneur des trois-quarts, nous donnent à penser que l’adversaire est solide. Ils sont très athlétiques devant avec des joueurs très pénétrants. Nous savons ce qu’il nous reste à faire ». Pour ce déplacement si l’on retrouve une équipe à l’ossature à l’identique aux derniers matches on note toutefois le retour de Marquis, qui après avoir purgé sa longue suspension (carton rouge contre Montélimar) occupera le flanc gauche de la 1ère ligne.

Jean-Claude Thévot

Photo J-C.T: [https://flic.kr/p/JHT9HW]Le retour aux affaires de Guillaume Marquis est une bonne chose pour les phases finales

Alex Carbonnel, le Monsieur plus du pack

par asbWeb à propos de Thu, May 03 2018 08:54:00

Il y a une décennie, voire plus, un célèbre fabriquant de petit sablé avait un « Monsieur Plus ». Vous savez celui qui sans faire de bruit, sans se faire remarquer par personne apportait un plus dans l’emballage final. Eh bien Bédarrides-Châteauneuf a lui aussi son « Monsieur Plus » au sein du pack.

Quelque soit le poste que les entraîneurs lui attribue, 2ème  ou 3ème  ligne Alex Carbonnel plane au dessus du lot. Formé à l’USAP 84 Alex Carbonnel est rapidement repéré par les sergents recruteurs du Pays d’Aix puis par ceux de Clermont-Auvergne au sein duquel il intègre le pôle Espoir du champion de France 2017 avant de revenir jouer à Provence Rugby en Fédéral 1 Elite et ensuite à l’ASBC. «Pourquoi Bédarrides-Châteauneuf ? Tout simplement parce que cela me donnait une opportunité de revenir dans ma famille tout en retrouvant un rugby moins contraignant que le rugby professionnel. De plus, complète Alex Carbonnel, le projet du club et les valeurs qu’il représente me convenait. Ici on évolue dans une ambiance familiale tant sur le terrain qu’en dehors alors que dans le monde professionnel il n’est question que rugby du matin au soir. En fait il n’y a plus de temps pour les à côtés ». Il n’empêche que malgré cela, sportivement,  Alex Carbonnel y trouve son compte. « Je m’attendais à pire en Fédérale 2 en particulier ici à Bédarrides avec cette réputation de rudesse qui colle au club mais je constate qu’il n’en est rien, avec le recrutement effectué et le jeu mis en place par les deux entraîneurs on prend du plaisir sur le pré ».

La phase de brassage terminée, dimanche place aux matches couperets qui ouvrent la porte à la Fédérale 1, objectif avoué depuis le début de saison par le comité directeur. « La série de matches reportés nous a quelque peu perturbé mais là nous avons retrouvé notre allant et c’est de bonne augure avant les rencontres qui arrivent. Je pense que nous avons les moyens de passer ces tours et d’atteindre l’objectif fixé ». Dès dimanche à Voiron pour le match aller de ces 16ème finale on sera fixé.

Jean-Claude Thévot

Photo JCT (https://flic.kr/p/23orVU1)

2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10