rugby club bédarrides
contactez AS Bédarridessuivre ASB sur twitterforum as bédarrides

AVANT LE DERBY MICKAËL MABILLON REPOND A TROIS QUESTIONS

par asbWeb à propos de Fri, Jan 26 2018 08:38:00

Que reste-il du match aller gagné 47-15 ?

La victoire au match a été déterminante, elle a créé une dynamique qui a lancé  la saison. Pour tout dire nous étions loin de penser mettre près de 50 points à Châteaurenard mais incontestablement ça nous a boosté pour la phase aller puisque derrière nous avons enchaînés les succès.

Comment abordez-vous ce match retour ?

Nous allons aborder ce match comme un vrai derby. Pour nous c’est un match important qui va nous servir de base pour la phase retour. L’année dernière nous nous étions inclinés à Coubertin de peu en fin de rencontre et honnêtement ça nous avait gâchés la suite du championnat. De plus nous avons conscience que Châto n’est pas si loin que ça de nous au classement et compte tenu du fait que nous avons sensiblement le même calendrier s’imposer chez eux serait important. Et ce d’autant plus qu’aucun des joueurs du groupe actuel n’a gagné à Châteaurenard.

Quel premier bilan tirez-vous de cet exercice 2017-2018 à ce stade de la compétition ?

Notre bilan depuis le début de saison est positif. Nous sommes dans les clous. Si nous avions clôt la phase aller sur deux matches en demi teinte que j’explique par des conditions climatiques, vent froid contre Tricastin et pluie à Annonay,  depuis la nouvelle année nous avons bien repris. Pour l’instant nous faisons un bon championnat. Nous arrivons à gagner des matches compliqués à l’extérieur, à domicile nous arrivons à prendre assez facilement des bonus offensifs. Pour l’instant tous les voyants sont au vert.

Jean-Claude Thévot

Photo JCT https://flic.kr/p/JRov22

Frédéric Roche l’enfant du pays

par asbWeb à propos de Fri, Jan 19 2018 08:55:00

Sur un nuage depuis le début de saison Frédéric Roche mesure combien le chemin parcouru pour passer de Châteauneuf-Orange Rugby Club à Bédarrides-Châteauneuf, cru 2017-2018, a été long et parfois semé d’embuche.

Formé à l’école de rugby du CORC Frédéric Roche va faire ses premières armes en équipe fanion de son club formateur avant d’aller s’aguerrir en junior Reichel au prestigieux R.C.Toulon. Deux saisons plus tard de retour au pays il retrouve de CORC. Le club Castel-Princier ne correspondant plus à ses attentes, il  rejoint l’A.S.Bédarrides alors en quête d’un ouvreur. Force est de constater qu’en la matière l’ASB a fait la bonne pioche. En plus de ces indéniables qualités de butteur, il suffit de lire les fiches techniques pour prendre conscience de l’efficacité du garçon dont le taux de réussite depuis le début de saison frise les 90%, Frédéric Roche a ajouté une corde à son arc. Longtemps catalogué par les puristes des mains courantes  comme un ouvreur à zéro passe, Frédéric Roche laisse dire les médisants. Il se met au travail pour devenir ce qu’il est aujourd’hui : un animateur de jeu hors pair. Et si Bédarrides-Châteauneuf a inscris après 11 journées de championnat 38 essais, marqué 339 points et totalise 5 bonus offensif, tout indique que son meneur de jeu y est probablement pour quelque chose. « J’ai toujours aimé le jeu déployé mais jusqu’alors nous n’étions pas suffisamment armés pour nous lâcher à tout va. Par contre cette année avec la ligne de trois-quarts et les joueurs de renom qui la compose je peux m’en donner à cœur joie » savoure Frédéric Roche.

Mais si l’ouvreur est devenu ce qu’il est aujourd’hui il sait ce qu’il doit à Mickaël Mabillon, l’entraîneur des trois-quarts. Si sous la houlette de Richard Vacheron, le précédent entraîneur des lignes arrière, Frédéric Roche avait commencé à évoluer, depuis que Mickaël Mabillon est aux affaires la mue saute aux yeux. « Mickaël m’a mis en confiance, son approche du jeu correspond à ce que j’en attends » relève le n°10 qui aborde cette seconde phase du championnat confiant. « Il ne faut pas faire tout un drame de nos derniers matches de l’année. Nous étions sur un nuage après notre match nul à Nice, de fait entre le premier froid face à Tricastin et le terrain lourd à Annonay, nous avons cédés. Rien de bien grave, poursuit Frédéric Roche. Nous avons assumés l’essentiel à Berres tout en sachant que la phase retour sera plus compliquée avec des déplacements chez des candidats à la qualification. Je pense que nous avons assez de marge sur nos poursuivants (13 points d’avance sur le 3ème  Châteaurenard) pour terminer second de la poule, notre objectif. De toute façon, conclut Frédéric Roche, le plus important c’est d’être prêt au printemps pour les phases finales ».

Jean-Claude Thévot

Photo J-C.T: Frédéric Roche et sa propension du jeu au large ravie les puristes et transcende l’ASBC (https://flic.kr/p/22esJRK)

Bédarrides-Châteauneuf se doit de relancer la machine

par asbWeb à propos de Mon, Jan 15 2018 04:35:00

A la reprise du championnat Bédarrides-Châteauneuf  pointe à la seconde place à 5 points du leader Nice et dispose d’un matelas confortable de 6 points d’avance sur le 3ème  Châteaurenard. D’aucuns pourraient penser que cela peut suffire pour atteindre le printemps. Pas Mickaël Mabillon. L’entraîneur des trois-quarts ne se gargarise pas à la lecture du classement, bien au contraire. Et on peut le comprendre.

Les deux dernières rencontres de la phase aller (petite victoire à domicile face à Tricastin et défaite à Annonay) sont là pour lui rappeler que tout peut aller très vite. « Si nous voulons terminer deuxième, il ne faut pas lézarder en route car avec les possibilités de victoires à 5 points la marge peut fondre comme neige au soleil » souligne l’entraîneur des trois-quarts. « On va vite voir où nous en sommes avec ce déplacement à Berre qui a ce jour n’a encore pas concédé de défaite à domicile. J’attends de ce déplacement, poursuit le technicien, que l’on confirme notre seconde place tout en sachant que pour moi c’est un deuxième championnat qui débute et que nous avons des déplacements à venir qui s’annoncent compliqués. D’où l’intérêt de gagner dès aujourd’hui  pour ne pas donner de l’espoir à Châteaurenard et autre Saint-Jean En Royan».  Sage réflexion s’il en est car effectivement avec des déplacements à Châteaurenard, à Saint-Jean En Royan et à Tricastin et la réception de Nice les mois à venir seront tout sauf un long fleuve tranquille.

Pour preuve que ce déplacement sur les bords de l’étang de Berre est pris très au sérieux l’ASBC se présentera dans sa meilleure formation, hormis le 3ème ligne centre Havelu suspendu après le carton rouge récolté à Annonay.

Jean-Claude Thévot

Bédarrides-Châteauneuf : Vergnes- Agro - Didier ; Carrier (cap) – Vaitkevicius ; Carbonnel - Martin- Barneron ; Lombarteix (m)- Roche (o) ; Brana-Labbi-Boghossian-Daminiani ; Franquine. Remplaçants: Langlade, Marquis, Mortelette, Fournier, Chouchane,  Fantozzi- Rezgui;

Entraîneurs : M.Mabillon, J.Russel

Photo J-C.T: Blessé face à Tricastin Labbi (ballon en main)retrouve sa place au centre où son entente avec Lombrateix fait merveille  (https://flic.kr/p/22pqxHq)

Philippe Daminiani : « Nous sommes l’équipe à abattre »

par asbWeb à propos de Thu, Jan 11 2018 12:54:00

Après le retentissant match nul (22-22) ramené de Nice, précédé de 8 matches sans défaite, Bédarrides-Châteauneuf était sur un nuage. Les deux dernières journées de la phase aller lui ont ramené les pieds sur terre. Tricastin en concédant la défaite (24-22) aux Verdeaux à l’ultime minute et huit jours plus tard Annonay en s’imposant sur ses terres (15-13), au terme d’un match « musclé », le commun des rencontres de championnat dans les années 70, ont fait comprendre à l’ASBC combien le chemin vers la Fédérale 1 était long et semé d’embuche.

D’où un petit rappel à l’ordre du président. « Après la performance de Nice, les joueurs ont cru que c’était arrivé, pour eux à deux journées de la fin de la phase aller ils étaient en congés. Eh bien non. Ce n’est pas le cas. Nous avons profités de la pause des fêtes, poursuit Philippe Daminiani, pour remettre les choses à leur place. Nous leur avons simplement dit qu’avec le niveau de tout un chacun, ils méritent d’aller plus loin en championnat et surtout de  jouer à plus haut niveau. Nous avons fait, et nous ferons, tout ce qu’il faut pour que les objectifs soient atteints, mais que s’ils n’étaient pas plus besogneux et pas plus impliqués la saison s’arrêtera vite. Ils pourraient alors s’en prendre qu’à eux-mêmes et ils seraient probablement plus malheureux que  nous les dirigeants». Pour le président « la motivation et l’application dont ont fait preuve les garçons dès la reprise des entraînements est de bonne augure. C’est la moindre des choses car le nouveau bloc de trois matches est semé d’embuche.  Avec deux déplacements à Berre et à Châteaurenard la reprise s’avère très compliquée. Pour ma part, ajoute Philippe Daminiani,  ce bloc s’avère déterminant pour le reste de la saison ».

Pour préparer au mieux ces rencontres le volume de travail a été augmenté avec en plus du terrain des séances vidéos ont été programmées pour aborder au mieux les rencontres et engranger le maximum de points afin de ne pas connaître la même mésaventure que la saison passée où malgré une seule défaite à la pause de Noël Bédarrides-Châteauneuf s’était qualifié sur le fil. « Dans ce deuxième acte nous savons ce qui nous attend, nous ne sommes pas l’équipe à battre mais l’équipe à abattre. Toutefois je pense que si nous nous concentrons sur le jeu, avec le potentiel que nous avons, nous n’avons pas grand-chose à craindre. Mais  à condition de ne pas le faire en demi teinte » conclut Philippe Daminiani.

Jean-Claude Thévot

Photo J-C.T: A l’image du président Philippe Daminiani l’ASBC entend prendre ce deuxième acte à bras le corps (https://flic.kr/p/LwXj4h)

Après sa piètre prestation face à Tricastin l’ASBC doit allumer le feu

par asbWeb à propos de Sat, Dec 09 2017 23:00:00

Stade Antonio Pinto à Annonay  11 ème  journée : Annonay (7 ème) - Bédarrides-Châteauneuf  (2ème)

Au terme de la petite victoire (24-22) décrochée à l’ultime minute par Bédarrides-Châteauneuf au dépend de Tricastin, Mickaël Mabillon la jouait à la Didier Deschamps en ne retenant que la victoire sans trop s’attarder sur la forme. Après plusieurs supervisions de la cassette de la rencontre, mardi soir l’entraîneur des trois-quarts ne tenait plus le même discours. Il suffisait de tendre une oreille indiscrète pour comprendre qu’entre temps il avait revu son analyse et que certains cadres étaient dans l’œil du cyclone. En clair il n’avait pas, mais alors pas du tout, apprécié la prestation de son groupe. Il en va de même pour Jharray Russel : « Je ne suis pas surpris de ce non match. On a joué comme l’on s’est entraîné durant la semaine précédente, c’est-à-dire catastrophique. Nous avons été inexistants sur toutes les phases, à part les 4 points de la victoire il n’y a rien à retenir».

Les Castel-Bédarridais veulent terminer la phase aller invaincus pour rester au plus près de Nice. Cela passe impérativement par une victoire à Annonay puisque dans le même temps où l’ASBC se déplace en Ardèche les Niçois reçoivent Montélimar et vont, très probablement,  décrocher une nouvelle victoire bonifiée.

« Il ne faut pas se leurrer si nous ne respectons pas Annonay, comme nous l’avons fait de Tricastin, nous allons prendre cher » relève Jharray Russel. Toutefois l’entraîneur des avants est persuadé que « les joueurs ont conscience qu’ils ont frisé la correctionnelle » et que « la semaine qui a précédé le match contre Tricastin était une des causes majeures de leur non match. J’espère que cet accros sera salutaire et qu’ils ne se diront pas que même en étant nuls ils peuvent gagner les matches. Si l’on veut gagner à Annonay face un prétendant à la qualification  il faudra faire preuve d’un peu plus d’humilité ».

 Reste à espérer que la leçon a été retenue et que les Vauclusiens vont boucler leur année sportive comme ils l’ont commencée, par une victoire. Ce soir ils auront 5 semaines pour recharger les accus et penser les petits bobos. Car des bobos il y en a. A commencer par Brana et Labbi qui seront absents.

Jean-Claude Thévot

Bédarrides-Châteauneuf : Vergnes- Agro - Langlade ; Carrier (cap) - Carbonnel ; Martin- B.Mortelette - Barneron ; Lombarteix (m)- Roche (o) ; Chouchane–M.Mortelette-Fantozzi- Rezgui; Franquine. Entrés en cours de jeu: Didier, Marquis, Vaitkevicius, Havelu, Daminiani Chabannes.

Entraîneurs : M.Mabillon, J.Russel

Photo J-C.T: (https://flic.kr/p/HekPvr) Face à Tricastin Mickaël Mabillon  et Jharay Russel ont donné de la voix. En vain…

Jharray Russel, un « Lions » dans le moteur de l’ASBC

par asbWeb à propos de Thu, Dec 07 2017 12:32:00

Né en Angleterre (« Je suis tout ce qu’il y a de plus Anglais, j’ai toujours le passeport Anglais et de fait je suis toujours sélectionnable pour le XV de la Rose » plaisante-t-il) Jharray Russel n’a porté qu’un seul maillot, 25 ans durant, celui du MHR (Montpelier Hérault Rugby).

Après avoir arpenté le Top 14 une décennie Jharray Russel raccroche ses crampons de joueur professionnel pour ceux, plus tranquille, à priori, d’entraîneur. « J’ai fait mes premières gammes avec les juniors Reichel puis j’ai grimpé d’un étage vers les Espoirs avant de prendre en main la défense de l’équipe professionnelle et d’être appelé ensuite par Fabien Galtié pour intégrer le team manager du groupe Pro».

Fort de cette belle carte de visite le sujet de sa Gracieuse Majesté va rejoindre Valence, en Fédérale 1. « Lors de la fusion avec Romans je n’ai pas été conservé et de fait je me suis retrouvé sans club. Lorsque Sébastien Rozier m’a contacté, après avoir pris connaissance du projet de Bédarrides-Châteauneuf qui correspondait à mon attente, j’ai accepté la proposition. Par contre, poursuit Jharray Russel, à qui on a confié l’entraînement des avants, il faut que je revoie mon approche par rapport au monde professionnel. En Fédérale 2 l’exigence que l’on attend des joueurs n’est pas forcement la même, il faut prendre en compte que pour la plupart d’entre eux jouer au rugby est un exutoire à une semaine de boulot. Moi j’essaye de leur faire comprendre qu’il n’y a pas de plaisir sans victoire mais aussi que celle-ci passe par un minimum de travail. D’où cette rigueur qui j’essaie d’apporter aux entraînements ». Apparemment le message passe, les résultats l’attestent. « Je pense qu’avec  Mickaël  (Mabillon) nous sommes très complémentaires, nous avons la même préhension du jeu et nous arrivons à les mettre en place. Sauf ce week-end (rires). Depuis qu’il est en place il a fait un boulot remarquable, je n’ai eu qu’à apporter mon expérience du haut niveau » conclut Jharray Russel.

Succéder à Chris Wyatt, l’international Gallois, était un pari risqué, Jharray Russel n’a pas hésité à le relever et à ce jour il ne fait aucun doute qu’il a réussi. Et à l’ASBC nul ne s’en plaint, bien au contraire.

Jean-Claude Thévot

Photo J-C.T

De l’Altrad  Stadium aux Verdeaux  il y a un grand pas que Jharray Russel n’a pas hésité à sauter. Avec succès que l’on sait.(https://flic.kr/p/CBdPmP)

3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11