rugby club bédarrides
contactez AS Bédarridessuivre ASB sur twitterforum as bédarrides

Jharray Russel, un « Lions » dans le moteur de l’ASBC

IMG_350533.JPG

Né en Angleterre (« Je suis tout ce qu’il y a de plus Anglais, j’ai toujours le passeport Anglais et de fait je suis toujours sélectionnable pour le XV de la Rose » plaisante-t-il) Jharray Russel n’a porté qu’un seul maillot, 25 ans durant, celui du MHR (Montpelier Hérault Rugby).

Après avoir arpenté le Top 14 une décennie Jharray Russel raccroche ses crampons de joueur professionnel pour ceux, plus tranquille, à priori, d’entraîneur. « J’ai fait mes premières gammes avec les juniors Reichel puis j’ai grimpé d’un étage vers les Espoirs avant de prendre en main la défense de l’équipe professionnelle et d’être appelé ensuite par Fabien Galtié pour intégrer le team manager du groupe Pro».

Fort de cette belle carte de visite le sujet de sa Gracieuse Majesté va rejoindre Valence, en Fédérale 1. « Lors de la fusion avec Romans je n’ai pas été conservé et de fait je me suis retrouvé sans club. Lorsque Sébastien Rozier m’a contacté, après avoir pris connaissance du projet de Bédarrides-Châteauneuf qui correspondait à mon attente, j’ai accepté la proposition. Par contre, poursuit Jharray Russel, à qui on a confié l’entraînement des avants, il faut que je revoie mon approche par rapport au monde professionnel. En Fédérale 2 l’exigence que l’on attend des joueurs n’est pas forcement la même, il faut prendre en compte que pour la plupart d’entre eux jouer au rugby est un exutoire à une semaine de boulot. Moi j’essaye de leur faire comprendre qu’il n’y a pas de plaisir sans victoire mais aussi que celle-ci passe par un minimum de travail. D’où cette rigueur qui j’essaie d’apporter aux entraînements ». Apparemment le message passe, les résultats l’attestent. « Je pense qu’avec  Mickaël  (Mabillon) nous sommes très complémentaires, nous avons la même préhension du jeu et nous arrivons à les mettre en place. Sauf ce week-end (rires). Depuis qu’il est en place il a fait un boulot remarquable, je n’ai eu qu’à apporter mon expérience du haut niveau » conclut Jharray Russel.

Succéder à Chris Wyatt, l’international Gallois, était un pari risqué, Jharray Russel n’a pas hésité à le relever et à ce jour il ne fait aucun doute qu’il a réussi. Et à l’ASBC nul ne s’en plaint, bien au contraire.

Jean-Claude Thévot

Photo J-C.T

De l’Altrad  Stadium aux Verdeaux  il y a un grand pas que Jharray Russel n’a pas hésité à sauter. Avec succès que l’on sait.(https://flic.kr/p/CBdPmP)