rugby club bédarrides
contactez AS Bédarridessuivre ASB sur twitterforum as bédarrides

Mickaël Mabillon ne rêve plus que du bouclier de Brennus

IMG_350229.JPG

S’il fut un temps un célèbre homme politique ne rêvait que d’être Président de la République chaque matin en se rasant, depuis quelques jours Mickaël Mabillon ne rêve pour sa part que de décrocher le bouclier de Brennus de Fédérale 2.

Il est vrai que depuis l’exploit réalisé la semaine dernière par l’ASBC qui en battant Nice (16-10) a exclu le grand favori pour la course au titre tout est possible. En tout cas une chose est sure, l’entraîneur des trois-quarts y croit dur comme fer. « A ce jour notre saison est peut-être historique mais elle n’est surtout pas terminée, le plus beau reste à venir. Si nous en sommes là, poursuit Mickaël Mabillon, nous le devons à une saison régulière avec une phase aller qui nous a permis de nous mettre à l’abri très tôt et nous a permis de faire tourner l’effectif ». Un effectif qui de fait est arrivé au top de sa forme pour la phase finale et qui de part ses résultats est récompensé de ses efforts. « En deux ans la progression du groupe, dans le jeu et l’état d’esprit, est évidente et surtout il s’est forgé une identité et je pense que pour que tes joueurs te suivent il faut les aimer. Avec Jharay (Russel, l’entraîneur des avants)  nous avons une relation fraternelle avec eux et cela se ressent dans la préparation. De plus, complète Mickaël Mabillon, l’apport cette saison de joueurs d’envergure a apporté quelque chose d’autre».

La magie des phases finales aidant, la préparation des matches est différente, tous sont transcendés et cela se ressent sur la pelouse. « Dimanche face à Nice, un très gros morceau,  tout le monde, des dirigeants aux joueurs et aux entraîneurs,  était en symbiose. Je pense que c’est ce qui a fait la différence, le match sorti par le groupe, dans le jeu et dans l’engagement, a été monstrueux. Entre deux équipes, l’une, Nice, qui s’entraîne six fois par semaine et une, nous, qui nous entraînons seulement deux fois, forcement c’est le mental qui fait la différence » conclut l’entraîneur des avants. Et du mental il va falloir en avoir dimanche face à Beaune, un autre gros bras de Fédérale 2.

Jean-Claude Thévot

Photo J-C.T (https://flic.kr/p/2779EpA) Mickaël Mabillon (à gauche) et Jharay Russel, les deux entraîneurs ont su forger une âme à un groupe qui le rend bien.