rugby club bédarrides
contactez AS Bédarridessuivre ASB sur twitterforum as bédarrides

ZOOM SUR FLEURANCE, L’ADVERSAIRE DE L’ASBC DIMANCHE

bouic38.png

Marmande a encore du mal à digérer le revers jugé injuste et concédé dimanche face à Fleurance en demi-finale, le prochain adversaire de l’ASBC demain à Leucate (15 heures). Alors que le succès lui semblait proche.

Julien Bouic ne décolère toujours pas d’avoir laissé échapper une victoire qui lui tendait les bras. Il faut dire que son équipe a connu du retard à l’allumage (19-6). Elle a donc dû s’engager dans une course-poursuite échevelée pour finalement échouer de peu (27-24), loupant même à la dernière seconde la pénalité de la prolongation.

Vous devez être encore sous le coup de la déception. Le succès s’est joué à rien ?

C’est exactement ça ! La déception est toujours présente d’être passé si près de cette finale. L’entame de match nous a été préjudiciable, toujours à courir après le score. Cet handicap nous coûte forcément un meilleur résultat. Une passe mal assurée, un placage loupé, des détails qui valent de l’or. On ne peut s’en prendre qu’à nous-même… On aurait aimé jouer contre Bédarrides/Châteauneuf-du-Pape qui à l’air d’être une sacrée équipe.

Quels sont les points forts de la formation de Fleurance ?

« Elle est complète dans toutes les lignes. Elle n’est pas là par hasard, cette formation a mis les moyens humains pour parvenir à avoir un groupe de haut vol. Elle peut compter sur des joueurs d’expériences, d’anciens professionnels comme le talonneur Djalil Narjissi (ex-Castres et Agen), Anthony Lagardère (ex-Dax, Béziers, Auch), le Tongien Muagututia et son capitaine Camacho. Avec une cheville ouvrière autour qui fait de cette équipe un groupe parfaitement bien huilé. Sa stratégie est élaborée autour d’un jeu de mouvement très efficace. On encaisse la bagatelle de quatre essais. Les joueurs déplacent très bien le ballon avec des préparations longues. »

Et ses points faibles pour les battre ?

« C’est une équipe très indisciplinée, c’est très certainement son point faible. Un péché mignon qu’il faut exploiter. Ils ont récolté deux cartons jaunes face à Lannemezan et deux contre nous (39e et 40e), ce qui nous a permis d’inscrire deux essais sur ce temps-là. On peut y ajouter ses nombreux passages à vide dans le match, il faut en profiter au maximum. »

L’ASBC est en finale contre votre rival de dimanche. Que peut-on lui souhaiter ?

« Déjà, c’est énorme d’avoir pu éliminer des équipes comme Nice et Beaune. Vraiment, chapeau. C’est colossal. Sortir deux prétendants au titre final ne relève pas simplement de l’exploit. Je lui souhaite bonne chance pour parvenir à décrocher le titre de champion de France ! »

Vaucluse-Matin Sports