rugby club bédarrides
contactez AS Bédarridessuivre ASB sur twitterforum as bédarrides

RESULTATS

par asbWeb à propos de Sat, Dec 07 2019 16:00:00

  • Juniors USS 22 ASBC 15

     

  • Cadets ASBC 22 CEVENOLS 19



Fed1 / L.Daminiani (ASBC) : «On est un petit village, un petit club convivial »

par asbWeb à propos de Thu, Nov 21 2019 13:52:00

Nous faisons aujourd’hui un tour du côté de Bédarrides-Châteauneuf du Pape avec Lucas Daminiani, l’enfant prodigue du rugby vauclusien, de retour au bercail. Fils de l’ancien président de l’ASBC, Lucas,après avoir arpenté les terrains de ProD2, a naturellement fait le choix du cœur, quand il fallut se résoudre à prospecter en fédérale 1. Pour celui qui pendant 4 ans a connu l’hyper normé monde professionnel hexagonal, ce comeback « au village » est un vent de fraîcheur qui lui permet de régénérer son karma de rugbyman. Dans un territoire où il est plus facile de discuter au « mastroquet » du coin , que via le réseau téléphonique, Lucas Daminiani regoûte avec joie aux voluptés de ce rugby bercé de touche pagnolesque, tout en rêvant de revenir ragaillardi en ProD2 d’un pèlerinage dans les entrailles du rugby fédéral.

Lucas, à tout juste 24 ans, tu as déjà 4 saisons en Pro D2, une avec Narbonne et 3 avec Béziers. Après avoir connu les joutes de Pro D2, te voilà de retour à la maison à  Bédarrides-Châteauneuf du Pape. C’est un choix du cœur que tu as fait cet été ou bien c’est un choix de raison en revenant à Bédarrides ? 

Je pense que c’est un choix du cœur parce qu’il y a mon papa qui est au club et aussi mon frangin. C’est bien et puis, je suis parti depuis l’âge de 16 ans donc retourner chez moi, c’était bien de revenir aux sources. Le club évolue en Fédérale 1, c’est quand même un bon niveau. Sachant que je n’avais pas de Pro D2, quitte à retourner en Fédérale 1, autant revenir chez moi. 

En parlant de Fédérale 1, toi qui as connu la strate au-dessus et le monde pro, qu’en penses-tu maintenant que tu y as goûté ? Ce championnat qui brasse des amateurs, des semi-pros voire des pros complets comme Albi et Bourg-en-Bresse, qu’en penses-tu ? 

 Je pense que, notamment à l’intérieur de notre poule, il y a un double championnat qui est créé avec les 8 équipes qui vont jouer le haut du tableau et les 4 autres qui vont se battre pour le maintien. Et même dans ces 8 équipes, il va encore y avoir un fossé entre les 4 premiers et les 4 autres. Donc, on va dire que c’est vraiment déséquilibré. Quand on voit des petits clubs qui viennent de monter et des grosses écuries comme Narbonne ou Bourgoin, c’est compliqué pour eux d’exister. 

 L’année dernière, on entendait Arnaud Méla et d’autres staffs des top team un peu fustiger le manque d’intensité par rapport à la Pro D2 de cette Fédérale 1, que ça ne préparerait pas au mieux à monter en Pro D2. Toi qui as connu cette dernière il n’y a pas si longtemps, quel est ton avis ? 

 C’est sûr qu’il y a des matchs qui sont un peu plus faciles que d’autres. Au niveau de l’intensité, au niveau du temps de jeu, il y a beaucoup de fautes donc, c’est compliqué d’enchaîner les temps de jeu. Après, il ne faut pas se leurrer, c’est quand même aussi dur pour certaines équipes. Quand on voit Bourg-en-Bresse perdre à Châteaurenard, ce n’est pas si facile que ça pour les clubs qui descendent de Pro D2. 

 Quand tu es arrivé à Bédarrides, la donne était simple. En plus, tu es le fils d’un ancien président donc, tu connais un peu la donne à Bédarrides qui était le maintien et, si plus avec affinités, le Du Manoir. Comment as-tu appréhendé ce nouveau défi sportif ? 

 Moi, je l’ai déjà appréhendé avec beaucoup de pression parce-que c’est un nouveau championnat donc, tout est remis en question. C’est une nouvelle équipe, moi aussi il faut que je fasse mes preuves. Donc, je l’ai appréhendé avec beaucoup de sérieux en essayant de donner le maximum. 

 Pour toi, cette Fédérale 1 est un tremplin ? Tu as quand même au fond de la tête l’objectif de rebondir et de repartir tutoyer le monde pro ? 

 Oui, j’espère un jour y retourner. Après, c’est à moi de m’en donner les moyens et de faire les prestations qu’il faut tous les week-ends pour essayer d’être le meilleur et surtout de prendre du temps parce-que c’est ce qui m’a beaucoup manqué. L’année dernière, j’ai été beaucoup blessé, j’ai eu beaucoup de blessures et ça m’a bien emmerdé. Du coup, j’ai besoin de jouer et de reprendre du plaisir sur le terrain avant tout et après, on verra si ça s’ouvre pour aller ailleurs. Mais voilà, pour l’instant, c’est avant tout prendre du temps de jeu et du plaisir. 

 Et puis, dans le rugby, il y a le terrain mais il y a aussi les à-côtés. Et les à-côtés en Fédérale 1, ils sont quand même vivifiants. Il y a le retour à la convivialité, c’est un peu la fraîcheur par rapport au monde un peu impersonnel du professionnalisme ? 

C’est sûr que c’est différent. On va dire que le professionnalisme, c’est le gagne-pain. On joue pour les collègues alors que là, il y a la moitié de l’équipe qui a son boulot à côté, on fait tous quelque chose. On est un petit village, on est un petit club donc, c’est beaucoup convivial. Par exemple le jeudi soir, au repas d’après entraînement pour préparer le match à domicile, on va manger dans les caves. C’est vraiment quelque chose de typique. 

 Les caves de Bédarrides vont devenir une nouvelle légende, un nouveau mythe autour de ce club ? Parce qu’on sait que les 3es mi-temps et la convivialité font parties de l’ADN de ce club ? 

 Oui, c’est clair. Déjà, il y a un bar du club qui a ouvert, on s’y retrouve pour faire les 3es mi-temps. Et après, tous les partenaires vont faire des repas ou manger dans les caves. Là, le repas de la semaine prochaine va être dans une cave à Châteauneuf, au domaine Condorcet. Donc, c’est génial de changer de lieu tous les jeudis soirs pour aller manger des bouts avec les potes, c’est vraiment familial. 

 C’est un vrai club avec les pieds ancrés dans la cité comme on dit ?  

 Oui et c’est bien parce qu’au moins, les gens nous connaissent tous. C’est vachement accessible, les personnes qui veulent venir nous voir, les proches de tout le monde, on est souvent au village. Comme je l’ai dit, on a le club-house en plein centre-ville donc on prend notre café là-bas. On nous voit tous les jours. 

Une question sur ce début de saison de Bédarrides. On voit qu’avec la victoire contre nos amis tarnais de Mazamet, vous avez pris une bouffée d’air frais face à Châteaurenard qui vous talonnait, Châteaurenard, un promu que vous connaissez bien. Ce début de saison, il est dans les clous ? 

Oui, il est dans les clous. Après, on a eu un calendrier qui était un peu défavorable. A chaque fois, on a reçu une fois sur troissur les blocs. Là, c’était la première fois qu’on recevait deux fois avec Bourg-en-Bresse et Mazamet. Le prochain bloc va être très important pour, comme tu l’as dit, prendre une bouffée d’oxygène et se rapprocher le vite plus possible, on va dire, de cette 6e place pour essayer d’y croire même si ça va être compliqué. 

Ça va ferrailler carrément plus dur que dans un ruck pour la 6e place parce qu’il y a quand même du monde au portillon ? 

C’est clair oui. Il y a notamment de grosses écuries devant et de gros budgets, tous les clubs se sont vachement équipés donc, ça va être compliqué. Quand on voit que dans les promus on arrive à faire chuter Bourg , oui, ça va ferrailler terrible. 

 Pour toi qui as quitté la Pro D2 il n’y a pas longtemps, de toutes les équipes de la Fédérale 1, quelles sont les deux qui sont le plus armées pour monter en Pro D2, maintenant qu’elles sont quasiment toutes passées à la télé ? 

Les plus armées, je ne sais pas parce-que je vois que Bourg-en-Bresse qu’on annonçait comme un ogre et que j’aurai annoncé en début d’année. Après, je trouve que Bourgoin a une très belle équipe. Je ne sais pas s’ils pourront monter mais je pense que ça va se jouer … Il faut que j’en donne deux ou quatre ? 

On va te laisser en donner quatre parce qu’on est quand même qu’en début de saison. On te laisse un certain delta, on va se la jouer à la camarguaise (rires) . 

Je vais dire Albi. 

Tu nous fais plaisir là

Non mais, ce n’est pas pour vous faire plaisir, c’est parce-que je le pense. Albi, Bourg-en-Bresse et après, on va aller dans la poule du haut et dire Massy, parce-que j’allai dire Narbonne mais il sont eux aussi de la poule 2. 

On reviendra en fin de saison voir si tu avais eu le nez creux et en même temps, on souhaite une bonne saison à ce club de Bédarrides qu’on aime tant. 

C’est super gentil et moi, je souhaite une bonne saison à tous les Albigeois en espérant les voir en finale contre Narbonne pourquoi pas ou Bourg-en-Bresse. 

Propos recueillis par Loïc Colombié


 

LABELLISATION

par asbWeb à propos de Wed, Oct 02 2019 08:32:00

LE BUS !

par asbWeb à propos de Tue, Oct 01 2019 08:49:00

BEDARRIDES-CHATEAUNEUF OUVRE CHEZ UN TENOR DE LA POULE

par asbWeb à propos de Fri, Sep 06 2019 15:00:00

15 heures stade André Véran à Hyères : Hyères-Carqueiranne – Bédarrides-Châteauneuf

Le groupe : Affely, Vergne, Marquis, Agro, Dandro, Didier, Naude, Darius, Mezdour, Rosati, Ambourhouet, Braille, Jarreau, Avelou, Bertrand, Lombateix, Renou, Hachabar, D et L.Daminiani, Matanavou, Court, Chouchane, Brana, Combe.

Cette fois on y est, les choses sérieuses commencent et on ne peut pas dire que pour cette ouverte de la saison Bédarrides-Châteauneuf a été gâté par le calendrier avec un premier bloc de 4 matches pour le moins musclé.

Tout d’abord le déplacement à Hyères suivi de la réception de Châteaurenard puis deux déplacements à Aubenas et Nîmes. Autant dire qu’après cette série les Castel-Bédarridais seront fixés sur leur capacité. «Les deux matches de préparations ont confirmé que nous avons du potentiel mais ne nous enflammons pas,  rien ne vaut un match de championnat, relativise Philippe Laborde l’entraîneur des trois-quarts. Nous allons être vite fixés sur notre valeur ce dimanche à Hyères. On parle un peu partout des grosses écuries issues de PRO D.2 mais pour ma part Hyères-Carqueiranne va en surprendre plus d’un et va se mêler à la lutte pour les premières places ». Il est vrai que les Varois ont effectué un recrutement qui en dit long sur leurs ambitions et annoncent la couleur sur leur site où l’on peut lire à propos du premier match de championnat: « le RCHCC débute sa saison face une équipe qui ne lui est pas inconnu, les 2 clubs étaient dans la même poule la saison dernière. Après 3 victoires en 3 matchs au cours de leur préparation estivale, les hommes de Greg Le Corvec n’ont pas le droit à l’erreur pour ce premier match de la saison ! ». On ne saurait être plus clair.

De toute façon l’ASBC sait ce qui l’attend. « D’entrée on prend un très gros et de fait nous ne rêvons pas, nous savons très bien que s’imposer à Hyères relève de l’exploit, par contre nous aurons un premier aperçu de nos dispositions en déplacement » complète Cédric Despalle, l’entraîneur des avants. Il est vrai que la saison dernière ce n’était pas le point fort des Vauclusiens qui ont seulement ramené 2 points de leurs déplacements. « A Hyères nous allons nous tester sur nos valeurs au combat, sur notre engagement, voir si défensivement nous sommes en place et ce que nous avons dans le ventre. J’espère, poursuit Philippe Laborde, que nous allons revenir de ce premier déplacement avec des certitudes. Tout au moins savoir si nous sommes capables d’exister à l’extérieur ce qui fut loin d’être le cas la saison dernière où nous n’avons jamais été en mesure de nous imposer ». Compte tenu du fait que certains joueurs, et non des moindre, sont en attente de la validation de leur licence, l’équipe ne sera formée que ce matin. C’est donc un groupe élargi qui a pris la direction d’Hyères.

 Jean-Claude Thévot

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9