Au cours de l'année 1915, nous étions quelques jeunes gens en manque de distraction, ce qui nous décida à former une équipe de rugby à quinze.

Mon frére, Roger CHEVALIER, nous en avait donné l'idée, car il avait joué un peu à ce jeu à l'école Benoît, à l'Isle-sur-Sorgues et à Entraigues.

A Bédarrides, un homme s'intéressait au rugby : Monsieur Marius GUILLEN, mécanicien à l'usine de la Verne, avait acheté un réglement qu'il avait appris par coeur. Le soir aprés le travail il nous réunissait pour nous en faire lecture.

C'est ainsi, à la fois curieux et désireux de créer une animation sportive dans le village, que nous avons décidé la formation de la première société de rugby à quinze, sous le nom "Association Sportive de Bédarrides", ayant son siège à la Mairie.

Pendant quelques temps, seules les rencontres entre Bédarridais étaient possibles, en nous partageant en deux équipes de dix joueurs (les difficultés de déplacement, le manque de jeunes joueurs, en partie mobilisés au front, ne permettaient pas de rencontre entre village).

Pour différencier ces deux équipes, le club décida l'achat de vingt maillots, dix verts et noirs, dix noirs et jaunes (le vert et noir resta la couleur mascotte de l'ASB). Ainsi équipés, nos deux groupes s'affrontaient le dimanche sous l'arbitrage de Marius GUILLEN, ces rencontres se disputaient à la Roquette. C'est dans une de ces parties que Garcia, suite à un plaquage sévère, m'a fait tomber sur le poignet, provoquant une luxation importante dont je porte encore les traces.

Comme nous n'étions pas assurés pour le sport, j'ai fais croire à mon oncle, chez qui je travaillais, que j'avais glissé d'un escabeau au moulin à blé.

C'est ainsi que je fus soigné par le Docteur FAURIEL d'Entraigues et couvert par l'assurance travail.

En quelque sorte, je fus la première victime de rugby à BEDARRIDES.

Le premier match amical à l'extérieur, nous l'avons joué contre Montfavet. Le déplacement se fit avec la calèche municipale, conduite par André CHOUVET. Nous avions en renfort un international d'association, filleul de M. GILLES, directeur de l'école des garçons. ce joueur, qui tenait le poste d'arrière, se trouvait en convalescence à l'hôpital militaire de BEDARRIDES (cet hôpital se trouvait au Casino de la gare, à côté du bar de la gare actuel).

C'est dans cette année que nous avons disputé notre première rencontre avec Sorgues qui, renforcé par des joueurs d'Entraigues, était champion du littoral. Ce match fut arbitré par Ulysse FAURE, alors comptable à la minoterie Chevalier. Le capitaine de l'équipe sorguaise était Rolland DUMAS.

Cette rencontre fut catastrophique pour BEDARRIDES. Nous fûmes battus 76 à 0. Précisons quand même qu'il s'agissait d'un match de démonstration et que les jeunes joueurs de BEDARRIDES, dont je faisais partie, s'arrêtaient de jouer pour voir se développer les attaques des Sorguais qui aboutissaient, il faut le dire, à de beaux essais.

Je crois ce jour même que la rivalité avec Sorgues a commencé.

Par la suite nos matchs amicaux ont continué, notre expérience du jeu s'est améliorée, puis nous avons changé de terrain. De la Roquette nous avons joué sur un terrain mis à disposition par M. GABORIOT au Plan du Rhône, aux environs de l'usine ERO actuelle. Malheureusement la guree était là et au départ de la classe 1919, en avril 1918, faute de joueurs, nous avons suspendu les matchs.

Seule la section Tir et Gymnastique a poursuivi ses activités sous la direction de M. GILLES et M. LAUTIER.






1915 - COMPOSITION DE LA 1ère EQUIPE BEDARRIDAISE DE RUGBY

TORT Henri CHEVALIER Roger CHEVALIER Louis MAMELONET Albert GABRORIOT ? CHOUVET Marius CELESTIN Bernard BUREAU Antonin PEYROL Louis TORT Joseph DECES Louis GARCIA Joseph BATISTIN Ysac LAUTIER François TEYSSIER ? MESTRE et ESTABLET de SORGUES AMEL de CHATEAUNEUF-DU-PAPE PLANTIN et BRES de COURTHEZON